Grand Parc Canal à Toulouse : pour un Canal du Midi plus vert

Grand Parc Canal à Toulouse : rendre le Canal du Midi aux piétons et aux cyclistes

Toulouse - Transports - Pierre Ferreiro le 11/01/2023

Au cours de sa cérémonie de vœux, du jeudi 5 janvier 2023, le maire de Toulouse, Jean-Luc Moudenc, a révélé aux journalistes les grandes lignes d’un nouveau projet. Il s’agit du plan “Grand Parc Canal”, qui vise à redonner sa place à la nature autour du Canal du Midi et à valoriser cet ouvrage classé à l’UNESCO, notamment en “réduisant de 50% l’emprise de la voiture” le long de ses berges.

Ce nouveau projet d’urbanisme s’inscrit dans une lignée d’autres projets de la municipalité tendant à réduire la place de la voiture en ville et à accroître celle accordée à la nature. Avec la piétonnisation de la rue de Metz et de la rue Saint-Michel ou encore le réaménagement du site de La Grave, plusieurs secteurs de la Ville sont en cours de valorisation. Ce qui ne devrait pas manquer d’avoir un effet positif sur l’ immobilier neuf à Toulouse.

Des voitures garées le long des Berges
© Xavier MARCHANT - shutterstock

Réduire de 50% l’emprise de la voiture sur les berges du Canal du Midi

Il s’agit d’un des fers de lance de la politique de la Métropole. Avec la mise en place de la ZFE et plusieurs des grands projets d’urbanisme de l’année 2023 à Toulouse, il est aisé de voir que la place de la voiture en ville, et notamment des véhicules les plus polluants, est vouée à se réduire de plus en plus. Cet état de fait controversé ne manque pas de faire le bonheur des uns et le malheur des autres.

Il faut dire que si le Canal du Midi constitue un excellent lieu de promenade, à Toulouse, ses berges constituent un des principaux axes empruntés par les automobilistes. Que ce soit au niveau du port de l’Embouchure au Nord-Ouest de la Ville rose ou au niveau de Rangueil au Sud-Est, il s’agit d’une des principales portes d’entrée des automobilistes empruntant le périphérique. Ce qui n’est pas véritablement idéal pour la biodiversité.

Le Canal du Midi représente pourtant une véritable fierté locale. Inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO, cet ouvrage qui relie directement Toulouse à la méditerranée est un des lieux préférés des promeneurs et des joggeurs. Il s’agit même d’une véritable attraction touristique, ce cours d'eau de navigation constituant aujourd’hui un des lieux les plus emblématiques du tourisme fluvial en France.

 

Créer une Coulée Verte

Le projet du Grand parc Canal tend donc à revaloriser les berges du Canal du Midi, et plus particulièrement la portion qui s’étend du Port de l’Embouchure au Port Saint-Sauveur. La plupart des travaux de ce chantier s’inscrivent dans la même lignée que ceux effectués sur la portion du cours d'eau faisant face à la gare Matabiau. Ils visent ainsi à créer des aménagements favorables aux piétons et aux usagers des mobilités douces.

Le Canal du Midi est en effet un axe emprunté par de nombreux cyclistes. Une de ses berges accueille une voie mixte, à la fois piste cyclable et sentier piéton, qui permet de traverser une bonne partie de la Ville rose, du Nord-Ouest au Sud-Est, sans avoir à se soucier du trafic automobile. Il n’en reste que, selon les jours et horaires, ces sentiers mixtes sont très fréquentés, rendant le partage de la voirie parfois difficile.

Ainsi, le réaménagement des berges dans le cadre du Grand parc Canal permettra de pérenniser des voies dédiées aux piétons et de véritables pistes cyclables. La création de pistes dédiées est d’autant plus importante que le Canal du Midi a une place centrale dans le Réseau Express Vélo, un réseau de pistes cyclables en cours de développement dans la Métropole.

Le nouveau parvis de la gare
© Didier Descouens – Wikimedia Commons

Des aménagements techniques

Le projet du Grand parc Canal inclura donc un certain nombre d’aménagements techniques. Au total, quatre cheminements devraient être créés le long du cours d’eau, deux à chaque berge, avec un sentier pour les piétons et un autre pour les cyclistes. Cela induit la suppression d’une voie automobile sur chaque rive du cours d'eau. Plusieurs équipements publics seront aussi installés, et l'installation de nouveaux bancs et de sièges est bien entendu au programme.

Le canal de Brienne fait aussi partie du périmètre du Grand Parc Canal, et fera l’objet d’un de ses premiers aménagements. Le parvis Brienne, qui se trouve à proximité de la place Saint-Pierre et de la Toulouse School of Economics deviendra ainsi un grand parvis mettant en valeur l’écluse Saint-Pierre, qui sera également restaurée. Les places de stationnement et voies automobiles seront complètement supprimées pour créer des espaces verts et de grands cheminements piétons. La livraison du parvis est prévue en juillet 2025.

Le long du Canal du Midi, plusieurs endroits feront l’objet d’une attention particulière. Les trémies routières seront notamment réaménagées, notamment au niveau de Saint-Aubin, et seront réservées uniquement aux piétons et aux cyclistes. La création d’un grand quai partagé est également prévue au niveau du Port Saint-Sauveur. D’autres idées d’aménagement devraient découler par la suite des nombreuses concertations organisées dans le cadre du Grand Parc Canal.

Des péniches
©paul prescott - Shuttertsock

Vers un relancement du fret ?

C’est une des questions soulevées par ce réaménagement, qui peut faire sourire au premier abord : est-ce que le transport de marchandises va être relancé sur le Canal du Midi ? La collectivité y réfléchit sérieusement, ce réaménagement tendant à relancer le développement économique de cet ouvrage. Le transport de fret, arrêté au cours des années 90, pourrait recommencer sur le cours d'eau “à condition de trouver un équilibre économique”, selon Jean-Luc Moudenc .

Car c’est justement à cette fin qu’a été créé le Canal du Midi, qui a commencé à être creusé en 1667. Conçu par Pierre-Paul Riquet, ce Canal révolutionnaire a permis de relier directement Toulouse à la mer Méditerranée. Il devait permettre de rejoindre l’Atlantique tout en évitant le détroit de Gibraltar, car celui-ci était considéré comme dangereux, et cher. La partie reliant Bordeaux, qui n’est autre que le Canal latéral à la Garonne, ne sera cependant creusée qu’au cours du XIXème Siècle.

Pierre-Paul Riquet a eu l’idée de capter tous les cours d’eau traversant la Montagne noire et de les acheminer dans un grand réservoir : le lac de Saint-Ferréol. Devenu aujourd’hui une base de loisirs, il s'agissait à l’époque du plus grand barrage au monde. L’eau du lac était ensuite menée jusqu’au seuil de Naurouze, nommé “point de partage des eaux”, essentiel pour le fonctionnement du Canal. Une partie du flux partait en direction de la méditerranée, et une autre vers Toulouse, alimentant le cours d’eau.

Le Canal du Midi était un chef d’œuvre d’ingéniosité, et a permis un deuxième âge d’or pour le Lauragais, après celui de la culture du Pastel, notamment grâce à l’exportation de céréales. Cependant, avec le développement des routes et des chemins de fer, le transport de marchandises décline lentement et s’arrête dans les années 1980. Il est cependant toujours utilisé pour du transport touristique.

De par son passage par plusieurs grandes agglomérations, le Canal du Midi pourrait néanmoins répondre à une partie des besoins de transport logistiques des régions qu’il traverse. Il pourrait notamment répondre aux enjeux écologiques de l’époque en réduisant le nombre de camions sur les routes.

 
Des péniches
©Anibal Trejo - Shuttertsock

Un des cinq grands parcs de Toulouse

Le Grand Parc Canal fait partie de cinq projets de Grand Parcs élaborés à l’échelle de la Métropole de Toulouse. Ces projets prévoient d’accroître la part accordée à la nature sur le territoire en valorisant les cours d’eau qui le traversent. Ils incluent ainsi des travaux de valorisation et d’aménagement.

Le Grand parc Garonne, comme son nom l’indique, s’étale sur le territoire couvert par la Garonne, sur sept communes : Toulouse, Fenouillet, Blagnac, Beauzelle, Seilh, Cagnac-sur-Garonne et Saint-Jory. Le principal chantier prévu pour sa valorisation est celui de la reconversion de l’Île du Ramier en espace vert géant.

Le Grand parc du Touch, le long du Touch, s’étend de la base Verte de la Ramée à celle de Sesquières. À l’achèvement de la troisième ligne de métro, il devrait être desservi par la future station Jean Maga. Des travaux de valorisation et d’aménagements favorisant l’accessibilité aux personnes à mobilité réduite sont prévus.

La Grand parc de l’Hers, au Nord-Est de l’agglomération, s’étendra sur les rives de ce cours d’eau, traversant dix communes de Haute-Garonne. Des travaux sont prévus afin de valoriser cette rivière, mise à mal par le périphérique et l’autoroute.

Enfin, le Grand parc Margelle est le seul à ne pas suivre un cours d’eau. Il s’agit de plusieurs parcs et jardins proches les uns des autres, situés en grande partie dans le secteur du Mirail. L’essentiel des travaux autour de ce projet consistera à souligner et appuyer la continuité des espaces verts de la Margelle.

Lire "Grand Parc Canal à Toulouse : rendre le Canal du Midi aux piétons et aux cyclistes" sur toulouseimmo9.com